Nous contacter

Mairie de Brélès
1, rue du Stade
29 810 Brélès

: 02.98.04.31.03
fax : 02.98.04.41.17
Cette adresse mail est protégée contre les spambots. Vous devez activer le javascript pour la visualiser. Cette adresse mail est protégée contre les spambots. Vous devez activer le javascript pour la visualiser.

Situé sur la rive nord de l’Aber-Ildut, le Manoir de Bel Air a été édifié par Francois de Kerengar, sur une terre reçue à l’occasion de son mariage en 1585 avec Louise de Kerbescat. Sa construction dura environ 14 ans, jusqu’en 1599.
Bâti en plan carré, autour d’une cour fermée, son architecture est typique des constructions fortes du bas moyen-âge breton. Son organisation défensive - peu de fenêtres extérieures, échauguettes, fossé et pont levis sur la façade ouest - s’explique par la proximité de la mer, source de dangers, et par l’époque troublée de sa construction (guerres de religion et troubles de la Ligue).

bel air 02

bel air 01bel air 03

« Priez pour François de Kerengar qui m’a fait faire et Bel Air m’a nommé » (1599)

   

Comme tous les manoirs de la région, Bel Air a conservé son colombier et sa fontaine lavoir.
Côté Aber, il dispose d’un quai et d’une cale, sur lesquels sont placés, depuis le XIXe siècle, quatre canons récemment restaurés.

 bel air 04 bel air 05

bel air 07La grande salle du premier étage possède encore une vaste cheminée de pierre sculptée et polychromée. Parmi les quatre personnages sculptés en demi-relief, certains ont voulu voir au milieu les portraits de Henri III et de sa mère, Catherine de Médicis, encadrés par le seigneur et la dame de Keringar, maîtres du lieu.


bel air 06

Ce manoir appartenait au moment de la Révolution à la famille Clairambault, descendants des Kerengar, qui décidèrent la vente de Bel Air en 1810.
D’abord utilisé comme ferme, le manoir fut ensuite transformé vers 1837 en usine à soude par lldut Bazil. En 1894, Bel Air fut vendu au baron de Taisne. Le manoir reste aujourd’hui la propriété de ses descendants, par la famille de Gouvion Saint Cyr.